Budget 2019

Le vote du budget 2019 a été réalisé le 4 avril. Sans surprise, le groupe d’opposition “Beauchamp à votre image” (BAVI) a voté contre, sans savoir l’expliquer de manière factuelle et réfléchie.

S’en tenir aux faits, démontre la gestion saine  de notre équipe municipale:

– Une hausse de 100.000 euros de notre capacité d’autofinancement (différence entre les recettes réelles de fonctionnement et les dépenses réelles de fonctionnement) dans ce budget, démontre une maîtrise des dépenses de fonctionnement. Cela n’a alors pas de sens d’analyser uniquement le chapitre 11 (charges à caractère général).  Pourtant l’opposition l’a fait en conseil municipal, puisqu’ils ont feint de ne pas comprendre la hausse compensée par une réduction de dépenses de personnel dans certains services et par la hausse de certaines recettes (intégration au budget communal  des classes transplantées et des séjours jeunes). 

– le résultat reporté de l’exercice 2018 est de 1,5M€ supérieur à celui de 2017, ce qui illustre notre maitrise des dépenses en 2018.

– notre plan pluriannuel d’investissement prévoit 18 M€ d’investissements sur 5 ans. Le groupe BAVI ne remet pas en cause le fondement de ces projets mais uniquement leur ordonnancement. Or, ils ont refusé de comprendre que cet ordre a été défini, entre autres, par l’optimisation de subventions possible de certains investissements par des organismes extérieurs (département, région, DSIL, …). Nous lançons alors en premier les projets d’investissement dont les demandes de subventions sont les plus rapides à obtenir, afin d’optimiser les finances de nôtre ville. L’équipe de Mme Occis n’a pas eu l’habitude de telles démarches et n’avait aucun projet d’investissement dans les tiroirs en 2017..! d’où son incompréhension sur la planification. 

Et sur les taux, le groupe BAVI n’a toujours pas compris qu’en 2018, l’augmentation des taux est un transfert de fiscalité accompagnant un transfert de la compétence assainissement…  Les Beauchampois ont pu constater en 2018 que leurs impôts locaux n’ont pas augmenté. Comparez vos feuilles de taxe foncière et de taxe d’habitation entre 2017 et 2018 vous prouvera notre sincérité.

Le groupe BAVI cherche alors par n’importe quel moyen de remettre en cause une gestion d’évidence saine, qui permet d’améliorer le service public, d’entretenir et de développer des infrastructures de qualité, tout en désendettant la ville.

Un effet miroir peu apprécié ?

Dans notre dernière tribune, par l’utilisation du conditionnel, nous voulions illustrer par l’exemple ce à quoi conduit l’utilisation des méthodes de l’opposition qui délivre des informations partielles de manière à alimenter une certaine désinformation. Pour notre part, cela n’est pas à la hauteur du débat démocratique que nous attendons.

Lors du conseil municipal du 27/09, après avoir entendu les explications sur les délibérations proposées, l’opposition a persisté dans l’utilisation de contre-vérités dans ses déclarations.

Non, notre équipe n’augmente pas les dépenses récurrentes de fonctionnement. Toutefois, il est primordial d’engager des dépenses ponctuelles, comme :

 – Des honoraires d’avocats et des provisions dans le cadre des contentieux qui se sont multipliés en raison du PLU voté par l’équipe de Mme Occis en 2015.

 – Des études pour cadrer les projets d’investissements nécessaires pour compenser le manque de planification par la majorité précédente des travaux d’entretien, de mise aux normes du patrimoine communal et du dimensionnement des infrastructures par rapport à l’afflux de population généré par le PLU qu’ils avaient voté.

 – Des prestations de cabinets spécialisés dans l’optimisation des dépenses pour nous permettre des économies sur le budget de fonctionnement dans les années qui viennent.

D’ailleurs, l’opposition a eu beau dénoncer une augmentation des impôts locaux, chaque Beauchampois peut constater sur sa feuille d’imposition que la somme des taux communaux et syndicat de communes a même baissé. C’est un effort que consent la commune alors que les bases de valeurs locatives à la main de l’Etat augmentent.

Enfin, dans ce même conseil municipal, l’opposition a voté contre une politique offensive pour attirer de futurs médecins en accompagnant à la location d’un cabinet médical en centre-ville. Le rapport de l’Agence Régionale de la Santé (ARS) sur notre ville a confirmé la nécessité de recruter rapidement 2 médecins généralistes au regard de l’arrivée de nouvelles familles et du vieillissement de la population.

Alors que tous les clignotants étaient au rouge, la précédente équipe n’avait rien engagé dans les programmes immobiliers en cours de construction pour l’accueil d’un cabinet médical.