Révision du PLU, une première étape du projet « Beauchamp 2030 »

Les élus de la majorité ont associé très en amont les Beauchampois aux réflexions engageant le devenir urbain de leur territoire (+ de 400 participants aux ateliers/réunions/enquête). 

Les Beauchampois ont pu soumettre des principes d’aménagement et des règles d’implantation de bâtiments qui ont été pris en compte dans la rédaction de notre futur outil de planification urbaine. 

Par exemple, l’intimité est préservée dans les zones pavillonnaires et quartier historique grâce aux règles d’implantation du bâti ; les immeubles collectifs ne pourront pas être édifiés dans ces zones.

La densité est circonscrite dans le respect du Schéma Directeur de la Région Ile de France aux seuls abords immédiats de la gare.

Les espaces verts et boisés sont sanctuarisés sur l’ensemble de la commune malgré l’obligation réglementaire de répondre à une certaine densité urbaine d’ici 2030. (+4 hectares en zones naturelles / +13,6 hectares d’espaces verts protégés qui ne l’étaient pas auparavant pour conserver les cœurs d’îlots verts)

Ce nouveau PLU renforce aussi l’attractivité économique en redynamisant nos zones d’activités. Cet effort permettra de rapatrier dans des lieux plus accessibles des associations excentrées à l’est de notre commune (bois de Pontalis).

Les cheminements doux évoqués avec les Beauchampois pendant la phase de concertation vont pouvoir faire l’objet d’études approfondies, notamment dans le cadre du Plan Vélo conduit par l’agglomération mais aussi par la commune dans sa politique d’investissement.

On notera que, lors du débat, l’opposition n’a pas souhaité revenir sur les déclarations mensongères diffusées sur les réseaux sociaux au lendemain de la 2nde réunion publique. Non, la ville ne souhaite pas avoir d’immeubles de 6 étages.

Toujours en centre-ville, il est proposé pour 5 ans maximum un gel de la constructibilité du quartier des Bleuets pour éviter justement l’urbanisation anarchique permise par le précédent PLU pour ce secteur qui relie la gare au centre-ville.

L’arrêt du PLU ce jour ne signifie pas pour autant que les règles édictées sont figées. Des ajustements sont encore possibles d’ici l’approbation de ce document en janvier. Les Beauchampois pourront encore réagir lors de l’enquête publique cet automne en adressant leurs remarques au commissaire enquêteur.

Les élus de la majorité réaffirment que le futur PLU préserve le caractère à dominante pavillonnaire de notre ville tout en en permettant un développement harmonieux.

Retours sur le conseil municipal du 23 mai

Il a été l’occasion de présenter notre 1er compte administratif qui couvre l’exercice 2018.

Conforme à nos engagements pris en 2017 d’une approche prospective et non plus comptable, nous avons souhaité mieux assurer les services publics de notre ville et mieux entretenir notre voirie et nos équipements publics.

Ainsi, les dépenses de fonctionnement ont légèrement augmenté afin de notamment :

  • Financer une police intercommunale, décidée par l’équipe précédente en 2017, et dont nous avons dû assurer le surcoût (+ 87 k€),
  • Relancer une programmation culturelle qui avait été réduite à néant,
  • Augmenter l’offre de séjours pour les enfants,
  • Diversifier l’offre sur la petite enfance,
  • Relancer les efforts stoppés précédemment sur l’entretien du patrimoine bâti,
  • Missionner des cabinets externes pour mener des études permettant des futures économies ou de futures subventions (comme le Contrat d’Aménagement Régional qui va nous apporter 1,4 M€ de subventions)

Au regard de ces dépenses, il faut tout de même constater la stabilisation de la masse salariale et une épargne brute de 3,254 M€ sur notre seul exercice, attestant ainsi notre capacité à maîtriser nos dépenses et à optimiser nos recettes, sans hausse de la fiscalité locale.

Après tout cet exposé, le groupe Beauchamp A Votre Image a choisi de se prononcer contre ce compte administratif au seul motif de frais « importants » de bouche (liés pourtant aux différents évènements mis en place pour dynamiser la ville) et de fleurs (liés pourtant à des célébrations exceptionnelles ou pour des obsèques). Quant aux frais de mission (limités pourtant à 813,10 euros sur l’année), ce même groupe tente de faire un parallèle avec les indemnités de Mme le Maire qui, rappelons-le, sont 44% inférieures à ce que touchait Mme OCCIS en cumulant 3 fonctions.

Les Beauchampois sont-ils d’ailleurs informés qu’elle continue de percevoir près de 900 euros d’indemnités brutes mensuelles en tant que vice-présidente du Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d’Île-de-France ? Ayant obtenu ce poste en qualité de Maire de Beauchamp, la déontologie dont elle se réclame aujourd’hui aurait pourtant dû la convaincre de démissionner après son revers aux municipales de 2017…

Lors de ce même conseil municipal, nous avons également soumis à délibération le projet de Maison d’Assistantes Maternelles (MAM). L’opposition a une nouvelle fois pris les choses à l’envers. Le seul projet soumis à la Ville de Beauchamp, porté depuis 2 ans par 2 assistantes, dont l’une est une ancienne éducatrice de jeunes enfants de la crèche collective municipale, ne comporte pas d’assistantes de la commune. Fallait-il le refuser ?

Les frais engagés par la commune concernent bien l’aménagement d’un local, qui reste propriété de la commune, pour répondre aux exigences de la PMI et de la CAF. Enfin, il n’est pas possible d’exiger que cette MAM accueille seulement des familles beauchampoises, mais si elle est située sur notre commune, c’est bien pour répondre à la demande !

Budget 2019

Le vote du budget 2019 a été réalisé le 4 avril. Sans surprise, le groupe d’opposition “Beauchamp à votre image” (BAVI) a voté contre, sans savoir l’expliquer de manière factuelle et réfléchie.

S’en tenir aux faits, démontre la gestion saine  de notre équipe municipale:

– Une hausse de 100.000 euros de notre capacité d’autofinancement (différence entre les recettes réelles de fonctionnement et les dépenses réelles de fonctionnement) dans ce budget, démontre une maîtrise des dépenses de fonctionnement. Cela n’a alors pas de sens d’analyser uniquement le chapitre 11 (charges à caractère général).  Pourtant l’opposition l’a fait en conseil municipal, puisqu’ils ont feint de ne pas comprendre la hausse compensée par une réduction de dépenses de personnel dans certains services et par la hausse de certaines recettes (intégration au budget communal  des classes transplantées et des séjours jeunes). 

– le résultat reporté de l’exercice 2018 est de 1,5M€ supérieur à celui de 2017, ce qui illustre notre maitrise des dépenses en 2018.

– notre plan pluriannuel d’investissement prévoit 18 M€ d’investissements sur 5 ans. Le groupe BAVI ne remet pas en cause le fondement de ces projets mais uniquement leur ordonnancement. Or, ils ont refusé de comprendre que cet ordre a été défini, entre autres, par l’optimisation de subventions possible de certains investissements par des organismes extérieurs (département, région, DSIL, …). Nous lançons alors en premier les projets d’investissement dont les demandes de subventions sont les plus rapides à obtenir, afin d’optimiser les finances de nôtre ville. L’équipe de Mme Occis n’a pas eu l’habitude de telles démarches et n’avait aucun projet d’investissement dans les tiroirs en 2017..! d’où son incompréhension sur la planification. 

Et sur les taux, le groupe BAVI n’a toujours pas compris qu’en 2018, l’augmentation des taux est un transfert de fiscalité accompagnant un transfert de la compétence assainissement…  Les Beauchampois ont pu constater en 2018 que leurs impôts locaux n’ont pas augmenté. Comparez vos feuilles de taxe foncière et de taxe d’habitation entre 2017 et 2018 vous prouvera notre sincérité.

Le groupe BAVI cherche alors par n’importe quel moyen de remettre en cause une gestion d’évidence saine, qui permet d’améliorer le service public, d’entretenir et de développer des infrastructures de qualité, tout en désendettant la ville.

Une vision prospective également nécessaire sur les finances

La transparence sur les finances est primordiale. Avant de partager des orientations budgétaires plutôt bien détaillées et sans contre-proposition lors du conseil municipal du 7 février, notre équipe s’est attelé à élaborer un plan pluriannuel d’investissement sur 5 ans qui, jusqu’ici, manquait cruellement à notre commune pour lui fixer un cap. Notre patrimoine, qui a été peu entretenu nécessitait une programmation mais également la recherche de financements pour investir intelligemment.

Beauchamp 2030 continue de se conjuguer avec vous

Les questions posées lors du débat sur le Projet d’Aménagement et de Développement Durables pendant le conseil municipal du 13 décembre (dont le procès-verbal est disponible sur le site de la ville) ont révélé la méconnaissance de la précédente équipe municipale en matière d’urbanisme et les possibilités pourtant offertes pour protéger notre environnement.

Alors qu’elle a été plusieurs fois contredite par les réponses apportées par le cabinet d’étude, l’équipe déchue a maintenu sa déclaration malhonnête visant à indiquer que sa seule modification simplifiée du PLU n°2 suffisait à résoudre tous les problèmes d’urbanisation non maitrisée alors qu’elle était restreinte au seul centre ancien de la ville et a été pourtant remis en cause par les services de l’Etat et du Département.

Plusieurs experts qui se sont penchés sur le PLU en vigueur ont jugé qu’il est bien trop permissif. Il avait pourtant coûté près de 145 000 euros à la ville sans aucune étude urbaine préalable.

Après avoir défini avec vous les grands enjeux pour notre ville dans les ateliers participatifs qui se sont tenus jusqu’à la réunion publique du 18 octobre, notre action de concertation continue avec déjà 2 ateliers qui se sont tenus le 10 novembre et le 16 février pour préfigurer le zonage et le règlement du futur Plan Local d’Urbanisme qui fera, bien entendu, l’objet d’autres rencontres.

Le PADD, socle du projet «Beauchamp 2030» coconstruit avec les Beauchampois

Ce Projet d’Aménagement et de Développement Durables a été débattu lors du conseil municipal du 13 décembre. C’est un premier pas de franchi vers une révision totale du Plan Local d’Urbanisme (PLU) en vigueur, bien trop permissif et sans aucune vision prospective qui a altéré notre ville. Le PADD version 2018 tient compte du travail participatif entamé depuis mai dernier et permet de se donner un cap pour poursuivre les travaux sur la règlementation du PLU, toujours avec les Beauchampois.

Nous vous remercions pour votre participation aux Conseils de Quartiers, ateliers Beauchamp 2030 et réunions publiques qui ont ponctué cette année. Jamais, les Beauchampois n’ont été associés à la vie de leur commune et à son avenir. Nous souhaitons ardemment que cette dynamique continue.

Taxe d’Aménagement Majorée

Tout récemment, le conseil municipal a voté la majoration de la Taxe d’Aménagement dans des secteurs à forte pression foncière afin de que toute nouvelle construction participe aux efforts nécessaires à leur accueil. Il faut savoir que la précédente équipe n’avait rien prévu en équipement scolaire pour répondre aux 342 logements collectifs qu’elle a autorisés, qui représentent un besoin de plus de 3 classes alors qu’il ne reste que 2 classes disponibles dans nos écoles.

(Co)construction ?

Déjà un an que nous nous exprimons dans ce bulletin en tant qu’élus majoritaires. En janvier 2018, nous avions affiché notre volonté de nous battre tous ensemble pour réussir, y compris avec les élus minoritaires qui s’étaient engagés à une opposition constructive et honnête.

Force est de constater que depuis cet engagement, l’opposition a plutôt fait le choix du renoncement en refusant d’émettre des avis lors des commissions de travail qui leur sont dédiées. Ce silence est généralement suivi de déclarations fracassantes, en conseil municipal, qui se révèlent consternantes de malhonnêteté, leur argumentation ayant été le plus souvent contredite par le débat qui les ont précédées.

De notre côté, nous avançons pour poursuivre notre politique visant à préserver et à dynamiser notre ville, notamment sur :

L’urbanisme : en révisant totalement le PLU et en prenant en compte les lois et objectifs imposés par l’Etat afin de construire un réel projet maitrisé à long terme pour notre territoire,

Les finances : en maîtrisant les dépenses tout en proposant des choix répondant à vos besoins, sans hausse d’impôts,

La sécurité : en renforçant la Police Municipale et son action sur le terrain,

La démocratie : en associant les Beauchampois à divers niveaux de décision

Un effet miroir peu apprécié ?

Dans notre dernière tribune, par l’utilisation du conditionnel, nous voulions illustrer par l’exemple ce à quoi conduit l’utilisation des méthodes de l’opposition qui délivre des informations partielles de manière à alimenter une certaine désinformation. Pour notre part, cela n’est pas à la hauteur du débat démocratique que nous attendons.

Lors du conseil municipal du 27/09, après avoir entendu les explications sur les délibérations proposées, l’opposition a persisté dans l’utilisation de contre-vérités dans ses déclarations.

Non, notre équipe n’augmente pas les dépenses récurrentes de fonctionnement. Toutefois, il est primordial d’engager des dépenses ponctuelles, comme :

 – Des honoraires d’avocats et des provisions dans le cadre des contentieux qui se sont multipliés en raison du PLU voté par l’équipe de Mme Occis en 2015.

 – Des études pour cadrer les projets d’investissements nécessaires pour compenser le manque de planification par la majorité précédente des travaux d’entretien, de mise aux normes du patrimoine communal et du dimensionnement des infrastructures par rapport à l’afflux de population généré par le PLU qu’ils avaient voté.

 – Des prestations de cabinets spécialisés dans l’optimisation des dépenses pour nous permettre des économies sur le budget de fonctionnement dans les années qui viennent.

D’ailleurs, l’opposition a eu beau dénoncer une augmentation des impôts locaux, chaque Beauchampois peut constater sur sa feuille d’imposition que la somme des taux communaux et syndicat de communes a même baissé. C’est un effort que consent la commune alors que les bases de valeurs locatives à la main de l’Etat augmentent.

Enfin, dans ce même conseil municipal, l’opposition a voté contre une politique offensive pour attirer de futurs médecins en accompagnant à la location d’un cabinet médical en centre-ville. Le rapport de l’Agence Régionale de la Santé (ARS) sur notre ville a confirmé la nécessité de recruter rapidement 2 médecins généralistes au regard de l’arrivée de nouvelles familles et du vieillissement de la population.

Alors que tous les clignotants étaient au rouge, la précédente équipe n’avait rien engagé dans les programmes immobiliers en cours de construction pour l’accueil d’un cabinet médical.

Emmagasiner l’argent, pour faire quoi ?

L’opposition se satisfait d’avoir accumulé des centaines de milliers d’euros en 2016 et 2017 dans « les caisses » de la Ville tout en souhaitant que cela permette de rattraper le retard dans l’entretien de nos bâtiments et voiries. Si tel était leur priorité, pourquoi ne pas avoir réalisé, après le vote du budget en mars 2017, les obligations d’accessibilité et l’amélioration de la performance énergétique de nos bâtiments ?  Aucun dossier n’a été préparé dans ce sens et il nous appartient désormais de mener un important programme d’investissement.